pays de Fayence: à propos de la RD562

Lors des voeux du maire de Montauroux le 19 décembre 2007, celui-ci a déclaré "on n'arrêtera pas le développement - il se référait à l'urbanisme et à la continuation de l'arrivée de migrants - mais il faut maîtriser, anticiper et accompagner."

J'espère que lui, comme ses collègues maires, savent ce que cela veut dire. Jean Pierre Bottero est maire de la commune qui s'est le plus développé depuis 20 ans. Il est de plus, président de la Communauté de Communes (CdC) et celle-ci doit élaborer le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT), projet de développement à 10 ans pour cette CdC - sachant que les études nécessaires pour parvenir à la mise en vigueur juridique de ce SCoT, par arrêté préfectoral, vont prendre 3-4 ans. Le Cabinet d'architecture et Urbanisme du Var (CAUE) procède actuellement à l'élaboration du premier document des études le "rapport de presentation" qui comporte le diagnostic de la situation existante et l'état initial de l'environnement. Cette première phase d'étude, une fois validée par les délégués des communes à la CdC sera suivie de l'élaboration du plan d'aménagement et de développement durable (PADD) qui prendra plus d'un an à réaliser et valider, puis par le document d'orientations générales (DOG); ce n'est qu'après validation par toutes les parties concernées que la mise en vigueur juridique pourra intervenir. Dès lors les dispositions du SCoT s'imposeront à toutes les communes de la CdC, y compris à leurs POS, devenus PLU entre temps.

Je veux développer ici quelques idées car tout est désormais un peu en suspens dans la perspective des élections municipales et cantonales de 2008. Les candidats à ces élections doivent prendre en compte ces éléments et leur accorder toute l'importance qu'ils méritent pour l'avenir de leurs communes et du canton.

J'en reviens aux propos de Jean Pierre Bottero lors de ses voeux de fin 2007. Maîtriser. Un maître mot. Il faut maîtriser les aspects de tous les themes qui interviennent dans le SCoT, et je revois aux documents publiés par CEI que l'on trouvera dans mon dossier sur le SCoT. Ces themes sont les suivants:

Je veux évoquer ici le theme transports et déplacements, en me référant à la RD562. Tout le monde sait que la RD562, entre le rond-point de Colle Noire et celui de Terrassonnes, est devenue une "verrue" dans le canton. La cause en est essentiellement de développement non maîtrisé de Montauroux. Et ce ne sont pas les séquences du film présenté lors des voeux qui démontrent le contraire. Ce n'étaient pas les meilleures séquences du film, loin s'en faut.

L'accompagnement du développement a consisté jusqu'ici à la réalisation de quatre giratoires -Colle Noire, la Barrière, Agora et Tire Boeuf -, plus l'aménagement de l'accès au centre Leclerc, par les services spécialisés du Conseil Général (CG) - compétences précédemment exercées par la DDE. Ces réalisations ont nécessité les acquisitions foncières par les communes concernées; c'est ce qui a conditionné leur calendrier de réalisation et d'achèvement, en dehors des crédits disponibles au niveau du Conseil Général. Je suppose qu'il en est de même actuellement pour le carrefour de Fondurane le dernier à venir.

Voir ici la RD562 entre le giratoire de Colle Noire et le carrefour de Fondurane.

Ici entre le carrefour de Fondurane et le giratoire de Tireboeuf.

Et ici entre les giratoires de Tireboeuf et de Terrassonnes.

Il s'agit maintenant de réaliser les voies latérales pour permettre une meilleure desserte locale et séparer celle-ci le plus possible de la circulation générale. La circulation générale est constituée de la circulation intra départementale Grasse Draguignan, avec un très grand nombre de camions de carrière - carrière la Joyeuse - et de la circulation intra cantonale qui comporte elle aussi un grand nombre de poids lourds en plus de la circulation des actifs se rendant au lieu de leur travail. Il faut que l'ensemble des commerces et activités économiques développées le long de la RD562 soient desservies par des voies latérales. Il faut que les voies latérales ne servent qu'à cela et ne soient pas des alternatives aux automobilistes de la circulation intra cantonale; cela implique des latérales entre giratoires mais sans possibilité de retour facile sur la RD562.

Des réserves foncières ont été prévues depuis longtemps dans cette perspective. Chacun peut les voir en divers endroits de la RD562, au Nord comme au Sud, quand on la traverse entre Colle Noire et Terrassonnes. On y voir aussi des espaces agricoles encore cultivés - élevage du mouton, maraichage et vigne - espaces agricoles qui s'étendent encore bien loin vers le pied de Montauroux, de Callian et de Tourrettes et aussi vers le Sud après Tireboeuf sur Tourrettes. Je ne suis pas sûr que toutes ces réserves foncières soient adéquates pour répondre au problème. Je pense notamment à celles qui se trouvent au Nord du plan oriental à Montauroux, car ici il n'y a pas de commerces et la réalisation d'une voie latérale ne servirait à rien si ce n'est à détériorer le cadre de vie du lotissement des Chaumettes qui se trouve en bordure. Dans ce cas la voie latérale devrait servir à l'accès de ce lotissement pour ses habitants et ne pas être passant vers la D37; mais c'est aux habitants de ce lotissement d'être vigilants sur ce qu'ils veulent.

La réalisation des voies latérales est techniquement simple pour services spécialisés du Conseil Général; ils savent parfaitement quoi faire et comment. Chacun peut voir cela dans diverses communes voisines, notamment à Fréjus et à Pujet, le long de la RN7, ce qui vient d'être fait. Mais pour que les voies latérales servent leur but, il faut prévoir bien en avance et en concertation avec le projet et les travaux services spécialisés du Conseil Général, un ré-aménagement de l'accès aux commerces et activités. Ceci relève de la compétence des communes, donc du SCoT. Si ce ré-aménagement n'est pas prévu correctement, les voies latérales faites par le CG ne seront que des ajouts sans grand impact sur la solution du problème de la RD562. Pour comprendre ce que je dis, il suffit de regarder toute la partie Sud de la RD562 entre la Barrière et Fondurane. Comment imaginer une latérale efficace desservant correctement tous ces commerces et activités. Il faut un vrai projet commun entre le CG et la commune de Montauroux.

L'aménagement correct des latérales, dans des projets cohérents entre CG, Montauroux et CdC, et en pleine concertation avec les commerçants et leurs associations, doit constituer ce que Jean Pierre Bottero appelle "accompagner". Ce sera en effet un puissant levier pour améliorer ces zones d'activité, attirer d'autres commerçants, les rendre durables, et satisfaire la population locale. Il faut accorder un soin particulier à la desserte des plans oriental et occidental de Montauroux pour que les voies latérales se raccordent à un véritable réseau de desserte interne, relié à Fondurane, et l'actuel emplacement des services techniques.

Dans certaines zones au bord de la RD562, il paraît difficile d'imaginer des latérales sans un ré-aménagement qui impliquerait de nouvelles appropriations; je pense à la propriété privée qui jouxte Lerclerc à l'Est; ou à Costamagna (repère 1) à Montauroux, aux commerces proches du carrefour des Granges à Callian - Renault, Gaziello, station service Total, Mever. Voir ici (repère 4). Dans d'autres sections les habitations jouxtent la route comme entre Agora et Tireboeuf au Sud de la route; cette zone est bordée d'une zone qui restera agricole; ces habitations sont desservies par une voie latérale en retrait de la route. Il ne serait pas judicieux de relier Agora et les Mûriers (repère 3) en prolongeant cette voie latérale car cela détruirait le cadre de vie de ces habitants. Il me paraît en être de même pour la latérale entre Agora et le chemin des Granges (repère 2) où le chemin d'accès aux habitations est en très mauvais état. Cette latérale ne devrait desservir que les habitants et être coupée au milieu pour ne pas permettre de circulation intra cantonale. Dans tous ces exemples les habitants doivent être étroitement associés aux projets. Il est bon que ceux-ci se constituent en associations suffisamment tôt pour être parties prenantes des projets.

Concernant les zones agricoles le long de la RD652, j'espère aussi que le mot "accompagner" utilisé par Jean Pierre Bottero lors de ses voeux, veut dire que la préservation de ces espaces sera une des priorités de Montauroux et du SCoT.

Voilà donc quelques pistes de réflexion que je soumets aux élus actuels et futurs, des communes, dans la CdC et aux habitants et commerçants qui vivent et travaillent le long de la RD562.

Voir ici diaporama sur la RD562.


Mis en ligne le 22/12/2007 par Pierre Ratcliffe. Contact: (pratclif@free.fr) sites web http://paysdefayence.blogspot.com et http://pierreratcliffe.blogspot.com